Ah les Internets, les sites de jeux-vidéo, les sites des marques de jeux-vidéo, les blogs de jeux-vidéo, les pubs de jeux-vidéo… Un bien joli monde, mais rempli de Doritos, manipulation et jolis foutage de gueule !

-Bonjour Mr Bâtard, expliquez nous le « Ragequit » !

Bonjour mademoiselle,

Le Ragequit, (littéralement «quitter par rage»), dans le domaine du jeu vidéo, c’est lorsqu’un joueur quitte une partie, principalement en ligne mais pas que, sur un coup de tête, suite à des raisons variées allant de la mauvaise foi à de mauvaises compétences (de jeu) en passant par une large plage d’émotions allant de la jalousie au sentiment d’injustice.

Ça vous arrive ?

Ça arrive à tout le monde d’en avoir envie. Cependant suivant le respect dont on fait preuve et suivant si l’on joue seul ou à plusieurs on peut être amené à le faire, comme un exutoire. Pour ma part, cela m’arrive (rarement) mais qu’en solo. J’arrive en effet à percevoir mon agacement, à relativiser et stopper ma partie avant que cela ne m’énerve. Mais le plus souvent, pour ma part, cela résulte d’un sentiment de non-contrôle (dans les jeux ou la chance / le hasard influent d’avantage que les compétences du joueur et où le gameplay en soit ne permet pas au joueur de s’exprimer correctement dans sa façon de jouer).

Bon, venons-en au fait, vous allez pas nous faire un dossier sur ça, car tout le monde s’en fout…

Tout à fait, comme tout le monde s’en fout si je te tabasse à coup de pelle d’ailleurs… Hum…

A vrai dire, le Ragequit que je ressens aujourd’hui, n’est pas lié aux jeux en soit, mais à l’univers du jeu, et une certain image publico-hypocrite que l’on retrouve de plus en plus et qui m’agace… (ndlr : Aiguise sa pelle)

… joli engin … (sourire forcé) peut être pourriez-vous nous en dire plus ?

(ndlr : Sifflotant en plongeant dans l’eau le tranchant de sa pelle fraîchement affûtée)

Moui ?

Oui Oui bien sûr !

En fait tout a commencé il y a un mois de cela. Une dizaine de jour avant la sortie de la troisième vague d’Amiibo (sujet sur lequel Oncle Sam et moi-même reviendrons rapidement), je m’aperçois, via mon logiciel de news, que certains blogueurs (aux qualités ô combien professionnelles mais nous y reviendront) en ont reçu. Cool pour eux, je regarde rapidement leur «article» (enfin publi-communiqué parfum champignon salé) sans y attacher d’avantage d’importance : tant mieux pour eux si ils sortent leurs épingles du jeu. Mais peu de temps après….

(ndlr : long silence)

Peu de temps après….?

Désolé je me demandais si je devais pas acheter un piolet comme dans Tomb Raider, vous savez pour défoncer des…

Pardon mais à propos des blogueurs !

Oui… Excusez-moi. Donc peu de temps après, Oncle Sam me renvoie un article en me disant d’y jeter un œil, tant l’écriture, aussi approximative que dénuée d’intérêt, que le fond du sujet étaient mauvais. Oh un article sur les Amiibo ! Effectivement, sur la forme, l’article n’est qu’une répétition de «!» de smileys, de phrases enthousiastes suivies d’onomatopées et…

-Oui mais le fond, la forme… on parle de blogueurs, pas de journalistes…

Tout à fait, et vous parler à M. Bâtard, donc si vous ne voulez pas vous retrouver au fond de la Seine les pieds dans un bloc de béton, vous feriez mieux d’arrêter de me couper la parole…

-…

Donc, sur la forme, soyons honnêtes, c’était de la bouse. Un étron textuel, certainement écrit entre deux poussées dans un WC de gare, sur une feuille de PQ. Mais sur le fond, une pépite, que dis-je, un joyau ! L’article était en effet rempli de conneries, que ce soit dans la désignation des personnages Amiibo, dans leurs univers, leur utilité, leur disponibilité, bref, du grand n’importe quoi ! Mais là encore, hormis me dire que, bon, c’est un «article» nul, bah… je m’en fous…

Jusqu’à ce que survienne un événement inattendu : Les Internets s’enflamment sur ces fameux Amiibo. Tout le monde en veut et en cherche. Les spéculateurs se déchaînent et tout un ramassis de crevards et vautours apparaît. Les prix s’envolent et certains deviennent introuvables…

-Je crois comprendre…

Exactement. Si l’on peut en effet, dans le cas de ces figurines, déplorer la stratégie de Nintendo à au niveau des appros (plus ou moins maîtrisé pour créer attente et susciter l’achat, mais là n’est pas le sujet), il faut quand même se poser une question : Pourquoi offrir des figurines, a fortiori rares, à des individus qui ne savent pas s’exprimer correctement et n’en comprennent pas le fonctionnement ? Mais bien au-delà des figurines, je découvre à ce moment un vice caché : Depuis longtemps je refusais de voir et d’admettre les publi-communiqués sur kits presse et les cadeaux accompagnés de Doritos de la part de ces pseudos blogueurs indépendants.

Vous allez me faire croire que vous vivez dans le monde des poneys ? Tout le monde sait que les blogueurs sont achetés !

Dans le monde des poneys de Diablo III alors, celui ou je les explose à coup de masse d’arme… Car que les choses soient claires, qu’un journaliste (pro) reçoive du matériel pour le tester, cela me parait normal. Qu’un blogueur (ou n’importe qui sans formation) reçoive du matériel mais se contente d’écrire : «youpi ! XD Merci, smiley clin d’œil x3», alors non ce n’est pas normal.

-Vous êtes jaloux !

Et vous êtes condamnés à finir démembrée et jetée en morceaux aux lions du zoo de Vincennes.

-Pardon…

Soit…

Ça pourrait ressembler à de la jalousie mais c’est plus complexe que ça.

Certains parmi nous se cassent le cul à aligner trois billets pour acheter une connerie, d’autres, plus aisés, peuvent se faire plus facilement plaisir ; mais les uns comme les autres dépensent leurs propres deniers.

Là certains blogueurs ne dépensent rien, et se font engraisser par les marques. Mais si la qualité de leur travail était présente, je n’aurais rien à redire puisque cela pourrait ressembler à une rémunération; hors, pour certains le travail se limite à la publication d’article vides, consensuels, plein d’approximations et souvent à la limite de la condescendance.

Entendez par là que pour ces «blogueurs» nous ne sommes que la manne financière, qui justifiera à tel ou tel fabricant / éditeur de leur fournir des cadeaux.

Bon on tourne autour du pot… Quel est votre message ?

Mon message c’est que ça me dégoutte.

Ça m’écœure de voir des mecs à la limite de l’illettrisme, à la réflexion proche d’un veau, se gausser de leurs réceptions, et pondre des articles aussi mauvais que sans intérêt, et tout juste dignes de campagne publicitaires des années 90, remises en forme façon web 3.0.

Les articles d’«Unboxing» (?!) = Des articles ou des mecs déballent un truc, le plus souvent gagné …. Ça ne choque personne ?
Passez-moi du cyanure !

Les articles de «test» de matériel = Des mecs reçoivent sans bourse délier du matos, écrivent un petit «merci» à l’expéditeur puis pondent un texte vide et très complaisant avec juste un point négatif histoire de dire que «Hé Ho, j’suis indépendant moi môsieur !» … Degré d’objectivité ? Diantre il n’ y en a pas !
Quelqu’un à de l’arsenic ?

Les photos de «Press kit» et autres coffrets de goodies = Non mais dans « Press Kit » y’a quoi ?? Non pas kit, y’a PRESSE ! Ces blogueurs ne sont pas des journalistes !
De l’anthrax peut être ? La variole ? Un virus s’il vous plait !

Puis ce sont ces mêmes blogueurs qui reçoivent une console, des jeux et des accessoires, et qui vont se plaindre en disant : « Trop cool !!!  😉 mais j’suis déçu :p , l’accessoire il n’est pas de la même couleur ! hu hu XD»

Mais pensez-vous vraiment que ces pseudos journalistes blogueurs ont finalement une quelconque considération pour leur lectorat hormis une éventuelle estimation du poids de celui-ci à échanger contres des biens auprès des éditeurs / fabricants ? Car oui, au final, ces blogs censés être indépendant mais ne sont que des sites publicitaires, ou avis personnel sont rarement présent et surtout, ou les manipulés (les blogueurs) manipulent leurs lecteurs. Et je ne parle pas des appels aux clics lorsque ces mêmes blogueurs tentent de refourguer en guise de lot ces mêmes goodies ou jeux au packaging presse (oui au format boite de CD des années 2000, donc moche et sans intérêt avec écrit en gros « NE PEUT ETRE VENDU »).

Et ne me dites pas qu’effectivement les jeux ne sont pas vendus puisque mis en jeux : Ils sont vendus contre vos visites.

On ne peut associer une passion avec des bénéfices de ce genre sans en modifier la perception : Si Nintendo / Sony / Microsoft ou Namco / Capcom / EA pour ne citer qu’eux m’offraient consoles, accessoires et jeux chaque mois /semaines / jours. Serais-je vraiment objectif ? Bien sûr que non, en toute honnêteté.

Mais si l’on vous contactait pour vous envoyer ces mêmes lots ?

Honnêtement ?

Si un éditeur/ fabricant veut me faire un cadeau, il peut. Mais aucune mention ni critique ne sera faite sur un espace public, car d’une c’est un cadeau (donc personnel) et de deux, critiquer sans avoir déboursé un centime ou une minute ne donne pas le même résultat en terme d’objectivité en sachant que votre test se base sur un cadeau, et que suivant votre avis public, il y ‘en aura d’éventuels autres qui suivront.

J’y vois une analogie avec l’époque des linkers et de tous ceux qui avaient une centaine de jeux avec eux, mais finalement ne jouaient a rien, alors que ceux qui se saignaient pour une cartouche rentabilisaient leurs achats ; là c’est pareil, les mecs reçoivent ouat’mille jeux et consoles, ils adorent tout, mais ne finissent rien.

Si un éditeur / fabricant veut que je teste son produit, il peut l’envoyer. Mais le test prendra en compte cet aspect et le produit sera renvoyer à l’issu du test, aux frais de l’éditeur / fabricant. Comme ça on reste un minimum objectif…

Bien sûr, cela n’est pas sans faille, certains pourront arguer que les vrais journalistes sont tout aussi corrompus, que c’est le marketing, que si l’on me fait des cadeaux mon objectivité finira forcement par être influé…

Surement, mais comme le dit le diction : « sexe et business ne font pas bon ménage », alors me prostituer pour avoir des biens…

Humm… Quelques part vous êtes un blogueur non ? Vous n’êtes pas non plus journaliste, rien ne vous empêche d’être acheté, même en secret… Pourquoi votre parole vaudrait plus ? Quelle différence ? Pourquoi gueuler si au final les visiteurs y trouvent leurs comptes ?

Entendons-nous bien :

Le jeu vidéo est pour moi une passion. L’individu que je suis aujourd’hui existe grâce à ce média, que je considère comme un art, au même titre que la peinture, le cinéma, la musique et la littérature. Ce média ne regroupe-t-il d’ailleurs pas l’ensemble de ces arts ?

Tout ça pour dire que je vis avec ce média, des fois je l’adore, des fois je le hais. Des fois je rêve d’imaginer son futur, des fois je regrette son passé.

Donc non, je ne suis pas journaliste et n’ait pas la prétention de fournir le même travail que ceux-ci, mais je suis un individu qui a envie d’exprimer tantôt ses coups de cœur, tantôt ses coups de gueule. Comme tout individu je suis faillible mais a contrario de certains de ces blogueurs de jeu vidéo, je pense avoir une vision des choses différente, qui ne bridera jamais ma parole. Si j’aime quelque chose je le dirais, autant que si je ne l’aime pas. Ces blogueurs eux, ne disent que ce qu’ils aiment, c’est-à-dire ce qu’on leur offre, et encore, trouvent le moyen de critiquer des détails, au lieu d’effectuer de vrais critiques.

Donc oui, les visiteurs y trouvent peut être leurs compte, tout simplement car ils ne s’en rendent pas compte ou sont foncièrement gentil et fan de licornes, et comme on m’a toujours dit « si ça te plait c’est le principal ».

Et bien je vous remercie Mr Bâtard pour cette interview. Peut-être pourrions-nous en programmer une nouvelle, sur un autre sujet… « Ragequit » c’est bien ça ?

Tout à fait petite gourgandine, on va en reprogrammer une, il y ‘a d’autres sujets bien plus importants pour nous les joueurs. Je pense encore aux trophées, aux DLC, aux licences… Des sujets maintes fois abordés mais auxquels il reste beaucoup à (re)dire.

-Au revoir !

(ndlr : Rangeant sa pelle dans sa veste et adressant un sourire étrange a son interlocutrice)

A très bientôt…