Le jeux vidéo… le 8ème art… Un média qui regroupe tout autant de domaines tous aussi artistiques les uns que les autres… scénaristes, musiciens, dessinateurs, graphistes, modeleurs, designers, photographes, metteurs en scènes, marketeux… mmm…. marketeux. Il est vrai qu’il s’agit presque d’un art pour arriver à vendre n’importe quoi à la masse de joueurs. Comment ? ce n’est que pour le profit ? Johnny ! Prépare la pelle, l’adhésif et un album de Maître Gims, je Ragequit !

-Mr Bâtard, quelle agréable surprise ! Cela faisait longtemps que vous ne nous aviez pas gratifié d’un nouveau Ragequit !

Et ça fait longtemps que je n’ai pas ligoté quelqu’un pour lui faire écouter de force du Maître Gims et j’ai justement…

– Vous n’êtes pas seul aujourd’hui… À qui ai-je l’honneur ?

Ça dépendra de vos questions… pour le moment vous pouvez m’appeler Sam.

Donc un nouveau Ragequit ?

Hum… Oui… un Ragequit sous le thème du DLC.

Le DLC… c’est un nouveau parti politique ? Un procédé médical ?

Non gourgandine, DLC pour « DownLoadable Content » !

On viens parler jeu vidéo et tu nous parles politique et médecine…

Vous m’expliquez?

Raaa, mais quand me ferais-je interviewer par une vraie journaliste ? Vous m’expliquez pourquoi c’est toujours la même cruche qui me pose des questions à la con.

Euh… c’est vous qui l’avez choisi Monsieur, pour son tour de taille et sa paire de Boo…

Ah ! Hum, Johnny, va voir dans le coffre de la voiture si j’y suis.

Je comprends mieux…

Donc où en étions-nous… Oui voila, le DLC (ou contenu téléchargeable dans la langue de Molière) est un contenu (comme son nom l’indique) supplémentaire, non intégré au jeu, non nécessaire pour sa compréhension, et la plupart du temps vendu à part afin de prolonger l’expérience du dit jeu.

Je vois, comme une suite en quelque sorte ?

Non, ou alors une suite « foutage de gueule » quand ledit contenu est surfacturé au vu de ce qu’il propose.

Ça n’a clairement rien n’à voir avec une suite…

C’est à dire, pouvez vous m’en dire plus ?

Sans vouloir refaire un historique du DLC, à fortiori dans le domaine du jeu vidéo console, sachez juste que la plupart des premiers DLC étaient gratuits et que ceux-ci représentaient le plus souvent des petits bonus, loin de l’idée des Pay-to-Win et autres pans entiers de scénario refacturé à part entière. Les premiers DLC étaient cosmétiques quand ils ne modifiaient pas le gameplay, afin de redonner un peu d’intérêt au jeu. L’intérêt était alors de maintenir le jeu en vie, en remerciant et récompensant les joueurs qui le pratiquaient.

Puis, avec l’avènement des moyens de productions vidéo-ludiques, du haut débit, des capacités de communications des consoles, et surtout du besoin de se faire du blé hein, les DLC devinrent petit à petit un gros foutage de gueule, dont le seul et unique but est de monnayer au joueur du contenu que le jeu  devrait intégrer d’origine. quand il ne devrait pas être débloquer suivant les compétences du joueur.

Tous les DLC sont mauvais ?

Tous les Pères Noël de supermarché sont alcooliques ? Arf… mauvais exemple…

Des Pères Noël de supermarché… tu aurais clairement pu trouver mieux comme exemple.

-Tiens je vous avez presque oubliez…

(Il la regarda par-dessus ces lunettes) Je m’étonne qu’après deux Ragequit elle soit encore de ce monde… Vous êtes devenu bien tendre M. Bâtard.

(En chuchotant) J’ai d’autres plans pour elle, pourquoi crois tu que j’ai pris ma pelle et de l’adhésif ?

-Veuillez m’excuser… vous pouvez poursuivre ?

Non disons que les DLC peuvent être bons, intéressants et apporter un réel plus au jeu. Le fait est qu’aujourd’hui on préfère sortir un jeu amputé de son contenu afin de le facturer à posteriori, plutôt que de prendre le temps d’intégrer le contenu en question. Et encore je ne parle que du contenu lié à l’histoire. Car les DLC de costumes, d’avantages ou de défis… Bon, voila…

Les DLC de costumes, défis et autres petits ajouts mineurs sont à prendre pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire un bonus qui n’apportera rien. C’est ce qu’on appelle du Fan Service, et comme son nom l’indique il est destiné aux fans. Ils incarnent purement le coté commercial.

Voila une bonne illustration du DLC

Donc il y a du bon et du moins bon…

Voila, comme le sexe avec ou sans GHB.

(Oncle Sam se met en position facepalm) 

Non mais trucide la maintenant ou parlons jeux vidéo, c’est quand même le but du blog, quand bien même tu es venu avec tout le …

Hum, veuillez l’excuser, je ne sais vraiment pas de quoi il parle (Faisant des gestes à l’attention de Johnny en lui demandant de ranger le matériel)

Le problème est le suivant :

Avant certains studios développaient vraiment des DLC pour poursuivre et ou améliorer l’expérience tout en assurant le suivi sur le jeu vidéo. Sans parler de la monétisation de ceux-ci (car tout travail mérite salaire n’est ce pas, et vous ne travailleriez pas pour que l’on distribue votre travail gratuitement n’est ce pas), certains DLC apportaient un réel plus. Qu’il s’agisse de missions supplémentaires dans un jeu d’action, de nouvelles courses dans un jeu de voiture, quand il ne s’agissait pas de nouveaux mondes à explorer dans un RPG. Plusieurs jeux se sont ainsi illustrés dans la mise à disposition de contenus de qualité. Burnout Paradise par exemple qui plus d’une année après apportait nouveaux modes, véhicules et zones de conduites, GTA IV qui apportait une nouvelle histoire, Mass Effect qui étendait le scénario. La liste de bons contenus est longue.

Moi j’opposerai à cette liste de bons contenus, le DLC de Prince of Persia… Parce que vendre la fin d’un jeu c’est clairement de l’escroquerie. Celui-ci m’est resté en travers de la gorge.

Aujourd’hui, les DLC sont annoncés avant même la sortie du jeu, sont pour la plupart du temps déjà développés et nécessitent au mieux que du test ou du peaufinage quand ils ne sont déjà pas présent sur le disque en attente de déverrouillage.

Oui, nous sommes entrain de parler de Street Fighter X Tekken !

Le fait est qu’aujourd’hui, la plupart des acteurs se cachent derrière le « personne ne vous oblige à payer » ou le « ce n’est pas nécessaire, c’est du bonus » pour justifier leur pratiques scandaleuses. Et comme l’a dit Coluche « quand on pense qu’il suffirait que les gens arrêtent d’acheter pour pu qu’ca s’vende »

Ça c’est d’ailleurs vérifié avec la PS3 à 600€ ou la 3DS à 250 €.

Ajoutez à ca des « Season Pass » ou l’annonce des programmes et de l’ensemble des DLC, vendus en pack en prétextant une ristourne afin de rendre captif pour le joueur et de s’assurer un revenu moyen sur la durée (car rare sont les jeux long-seller hormis ceux de Nintendo bien sur), le tout à des prix de plus en plus élevés (quand il n’atteignent pas le prix de jeux presque neufs et récents, comme les Season Pass du nouveau Tomb Raider, ou du dernier Batman).

Finalement le jeu est vendu en morceaux. Le plus gros sur la galette, et si vous voulez le reste il faut repayer. L’addition devient vite salée, et certains jeux n’ont de réel intérêt qu’avec tous ces contenus supplémentaires.

Certes cette pratique est infâme mais je vais quand même me faire l’avocat du diable. Vendre un Season Pass 40€ (je parle bien évidement de Batman AN) pour 6 mois de contenus, ça nous donne du 7€ par mois. Pour un joueur (fan de Batman)  ou un joueur occasionnel qui ne jouera peut être pas à d’autres jeux, cela peut être une bonne opération. Par contre pour un gros consommateur, 40€ pour prolonger une expérience de jeu c’est trop. Mais prenons le cas inverse Destiny (qui se veut être un MMO-FPS) 35€ pour deux pauvres DLC puis 40€ pour une extension c’est clairement du foutage de gueule. Pour information 40€ c’est le prix de l’extension de FFXIV (titre autrement plus ambitieux que Destiny). Mais, bon avocat du diable oblige : les gens font ce qu’ils veulent de leur argent.

-Mais alors le DLC, aujourd’hui, c’est bien ou pas ?

Et porter des chaussettes dans un lit pour dormir c’est bien ?

(Oncle Sam se remet en position facepalm) 

-Bah on sent que vous n’êtes pas tranchés

C’est toi que je vais finir par trancher…

Le fait est que l’avis ne peut être que nuancé quand on voit la qualité toute relative et l’hétérogénéité des différents DLC mis à disposition. Certains jeux ne méritent ainsi plus d’être joués en « DAY-ONE » lorsque l’on sait que seront rajoutés des éléments par la suite, surtout si ceux-ci ne sont pas dispensables et apporteront un vrai plus au jeu (RISE OF THE TOMB RAIDER PS4 pour ne citer que lui). Et quand bien même ils ne seraient pas indispensables, comme les DLC de Fallout 3 par exemple, le fait est que certains permettent au joueur de se replonger avec plaisir dans son jeu.

Donc DLC oui, mais DLC responsable

-Vous étayez ?

J’ai pris beaucoup de plaisir à jouer certains DLC. Bioshock, Mass Effect, Fallout sont des exemples parmi tant d’autres, et il est vrai que les jeux a tendance aventure/rôle  s’y prêtent parfaitement. Néanmoins, certains de ces DLC n’ont été achetés que lors de promotions ou remises, quand ils n’ont pas été acquis au sein d’édition dites « complète » ou « GOTY » (ndlr : Jeu de l’année – Game Of The Year). Car il faut avoir une sacré confiance en son jeu et en ses développeurs pour payer pour un contenu promis d’avance dont on ne connaîtra pas la qualité ni le temps à partir duquel il sera mis à disposition, et encore moins l’espacement entre plusieurs de ces contenus, a fortiori si ils se suivent (Tombeau sous marin de Bioshock Infinite en est le parfait exemple)

Perso j’aurais cité le Season Pass de Destiny…

Il est aussi remarquable de voir certains studios développer des DLC, non prévus à l’origine, simplement pour permettre aux joueurs de poursuivre l’expérience à coup et délai moindre, ou des DLC, servant a enrichir l’expérience, sans vouloir empiéter sur le jeu initial ou influer dessus comme The Last Of Us par exemple.

On pourra citer aussi le « Season Pass » de Mario Kart qui offrait un très grand contenu au vu du prix, la ou un Super Smash Bros hérite bien d’une politique « Namco Bandai ».

C’est clair, 15€ l’amiibo ça fait cher le DLC…

In fine, comme dans tous les domaines, il  y a du bon et du moins bon.

-Je vois, du DLC oui, car on ne peut pas faire autrement, mais du DLC pour améliorer ou enrichir un jeu, et a prix correct, non annoncé des mois à l’avance.

Voila, exactement. Finalement on va peut être pouvoir faire quelque chose de vous !

(En chuchotant) Je ne suis pas certains que les dieux païens acceptent son sacrifice…  m’enfin, c’est toujours mieux qu’un épisode de Léa Passion.

-A vrai dire, Mr Bâtard, c’est mon plus grand souhait…

Johnny, démarre la voiture et débouche mon meilleur whisky, je vais passer une soirée formidable.

Et alors que tout le monde sortait, Johnny fit une moue inquiète et alerta son maitre : Dans le sac de la journaliste, se trouvait une mini-pelle…