/ Bon à savoir : J’ai enfin sauté le pas et j’ai fait l’acquisition d’une XBOX ONE ! J’ai donc passé le weekend sur ma nouvelle console et plus particulièrement sur Ryse : Son of Rome. L’un des jeux du lancement qui m’avait le plus taper dans l’œil lors des différentes conférences / previews aux quelles j’avais pu assister. J’avais d’ailleurs pu y jouer chez un ami un long moment pour m’assurer manette en main de la qualité du soft du studio Crytek (les mecs à l’origine de Crysis). J’ai fait un petit tour sur la toile pour voir ce que la « presse spécialisée » avait pensée du jeu… il en ressort de l’avis des différents testeurs un jeu très moyen de par sa répétitivité, son gameplay et sa durée de vie… et ça me fait bien rire puisque pour la majeurs parties de ces testeurs The Order est un bon jeu (malgré un gameplay dirigiste et une durée de vie minable)… du coup, je pars en croisade contre l’État avare pour défendre le fils de Rome et son aventure. /

Avant de commencer : Ryse nous plonge dans la Rome antique de l’empereur Néron, soit environ 100 ans après JC (Jules César hein !). On y incarne Marius Cactus, un jeune légionnaire qui va rejoindre la quatorzième (légion ? je suppose… il n’y avait pas encore d’infanterie à l »époque) pour combattre l’insurrection barbare venu tout droit de la Bretagne (de vrais fouteurs de merde ces bretons). Aidez de vos fidèles soldats, vous allez donc trucider des hordes de sauvageons sanguinaires à coup de glaive et de bouclier, de pilum et de flèches afin de protéger votre mère… ROME… (Rome la ville hein, bien évidement votre mère ne s’appelle pas Rome)…

Ryse, Son of Rome, j’aime !

Le Gameplay ! Alors oui, clairement le gameplay n’a pas la profondeur d’un DMC ou la technicité d’un Bayonetta… ça se joue avec 3 touches et les coups données sont systématiquement les mêmes. D’un autre coté, Marius est tout ce qu’il y a de plus humain et le gameplay reste donc en adéquation avec son univers pour lui donner plus de crédibilité. Un coup de d’épée, un coup de bouclier, une parade et une esquive… voilà les mouvements de base de votre personnage. En enchaînant les coups, on parvient à mettre nos adversaires dans un état critique et l’on peut alors les exécuter. On déclenche alors un mini QTE nous donnait droit des scènes ultra violentes où notre glaive passera à travers la gorge de nos opposants, leur coupera des membres, leur défoncera le crâne… Niveau violence et intensité c’est du niveau de 300 (ce n’est pas aussi beau mais ça y ressemble). De plus ces exécutions seront le moyen de récupérer de la vie, de la Rage ou un bonus d’expérience. Expérience qui vous permettra d’acquérir de nouvelles exécutions ou d’améliorer votre santé, Rage etc. Un petit coté RPG donc qui n’est pas pour me déplaire. Le mode Rage lui ralenti le temps histoire de faire face tranquillement à un grand nombre d’ennemis sans trop de problème (ça casse un peu avec le coté réalise je vous l’accorde).

A coté de ça, on aura droit à quelques passages en formation tortue… très sympa d’y avoir pensé. On commandera donc une troupe de légionnaire et il faudra habilement enchaîner le lancer de javelot et le passage en mode tortue. On pourra également commander à un groupe d’archers. 

[Avis aux testeurs pro (même si vous ne me lirez jamais) : Ryse est un BTA… alors OUI, le gameplay n’est très étoffé, les ennemis sont clonés (#Bullshit c’est pareil dans la majorité des jeux) et c’est répétitif… mais je vous rassure Street of Rage c’est pareil… Par contre Ryse se démarque sur les exécutions qui sont parfaitement mises en scène et comme dis plus haut on joue un légionnaire romain, un type avec une armure, un bouclier et un glaive, je doute fort qu’il est eu la possibilité d’apprendre le kung-fu à cette époque… et que le poids sur c’est épaule lui permette des faire des acrobaties… Alors s’il vous plait avant de juger trop vite un gameplay merci de prendre en compte le style de jeu, puis le contexte dans lequel le jeu se déroule.]

La réalisation du jeu est assez bluffante au niveau des expressions des visages. Ryse était clairement la petite vitrine technique de la XBOX ONE à son lancement. Par contre le scénario n’est pas fou et se permet de pomper un peu sur Gladiator… c’est dommage.

Ryse, Son of Rome, j’aime moins !

La durée de vie du jeu laisse clairement à désirer. Moins de 5 heures pour finir le jeu en mode normal. Mais contrairement à The Order c’est 5 heures de jeu… pas 5 heures de cinématiques et 3 heures de jeu. Par contre le jeu offre quand même une rejouabilité pour qui veut se frotter aux modes de difficultés les plus élevés où trouver tous les collectibles. Le jeu propose également un mode coopération (si j’ai bien compris la liste de succès) et un mode multi-joueurs compétitif. Certes ils sont là pour faire acte présence mais ça fait quand même plaisir.

Le gameplay parce qu’il n’est pas parfais et qu’il manque quand même de profondeur. D’abord parce qu’il ne permet pas de faire face à plus de 3 ennemis en même temps dès lors que l’un d’entre eux est capable de faire une attaque puissante. N’ayant pas la possibilité de parer l’attaque, nous sommes obligés de faire une roulade pour l’esquiver. On se retrouver donc à enchaîner 2 ou 3 coups seulement… de plus il est impossible de lancer une action tant que celle d’avant n’est pas terminée du coup ce n’est pas toujours évident d’esquiver. Ensuite il est dommage que le système d’exécution soit dirigé par le jeu et non par le joueur. On doit faire le QTE imposé par la machine… alors que demander aux joueurs d’apprendre une combinaison de touches aurait été plus sympa et nous aurait permis de choisir les exécutions que l’ont veut réaliser.

Ryse, Son of Rome, je n’aime pas !

Les combats de boss… pour le coup ils sont très chiant car les Boss ont la fâcheuse tendance à bloquer absolument tous vos coups… aussi bien les attaques chargées au glaive, qu’au bouclier. On doit donc attendre qu’ils aient fini leurs enchaînements pour placer 3 attaques (dès fois ce n’est qu’une seule attaque). Le combat devient donc vite long et ennuyant…

Le scénario et surtout la fin, qui est un peu tirer par les cheveux et qui laisse quelques questions sans réponses… genre « Mais qui sont-ils ? ».

En conclusion : Certes très court j’ai passé un très bon moment sur Ryse et je vais très certainement m’y remettre et m’attaquer aux niveaux de difficultés supérieurs. Le gameplay est simple et efficace, les exécutions jouissives, mais ça manque quand même d’un minimum de profondeur. On enchaîne facilement les 8 niveaux sans problèmes et excepté les combats de Boss, je ne me suis pas ennuyé. Un bon BTA, certes au prix fort la durée de vie fait grincer des dents (surtout si c’était le seul jeu Day One que vous aviez) mais aujourd’hui en occaz pour moins d’une vingtaine d’euros c’est clairement un jeu à faire.